La Traversée

Au retour du flâneur - Parcs et squares

crédit photo: Vincent Brault


Le vin du flâneur et catégorie flore

Morus alba
Morus alba II

J’entre parfois dans un parc avec une glace à la vanille. Je dérive alors en ayant cette naïve impression de savourer le monde alentour, son parfum, son essence.

Les enfants qui me voient tournent la tête et fixent l’objet alléchant que je tiens à la main. Les patins à roues alignées n’ont soudainement plus le même intérêt au grand malheur des parents qui les pressent de s’activer.  lire la suite »

Winner!

Dans un de ces parcs comportant des tables à pique-nique qu’un mathématicien dirait de pairement impair, c’est-à-dire dont la moitié du nombre de places ne se divise pas par deux. Je veux évidemment parler de ces grandes tables pour six personnes. Il est rare, quand quelqu’un s’y trouve assis seul, que des inconnus s’y invitent... Mais il arrive qu’on s’y trouve pris d’assaut par des inconnus, ce qui est parfois sympathique, mais parfois pas...  lire la suite »

Parc Émilie-Gamelin. Jours ouvrables.

Entre la place Dupuis, le pavillon Judith-Jasmin, la Bibliothèque nationale et la Gare d’autocars (qu’on appelait fautivement la Station centrale), se trouve un tarmac de dalles pierreuses sur lequel on a aménagé des échiquiers gigantesques, comme si en ces lieux se livrait une bataille depuis quelques siècles.  lire la suite »

Ceux qui travaillent. Parc Émilie-Gamelin, jour férié.

Une pause, au parc Émilie-Gamelin.

Je n’ai jamais eu beaucoup d’affinités, pour tout dire, avec le parc Émilie-Gamelin. Ce n’est pourtant pas parce que je l’évite. Bordé par le Pavillon Judith-Jasmin à l’Ouest, la désormais Gare d’autocars de Montréal au Nord, la Place Dupuis (et sa nécessaire Deuxième Tasse) à l’Est puis par le magnifique poste d’observation qu’offre le convivial resto l’Escalier au Sud – des lieux qui, de temps à autres, m’attirent pour des raisons différentes.  lire la suite »

Catégorie art public

place ville-marie
jardin botanique
émilie-gamelin
pilier
sculpture
sculpture
sumo
 sculpture mont-royal
sculpture mont-royal

Voici quelques photos d'oeuvres d'art public que j'ai prises dans les parcs montréalais, question de continuer le travail de classification entamé par André Carpentier.

 

Pub en marbre, pierre tombale

Ogylvie Renault
cogeco

Deux beaux (?) monuments accueillent le flâneur à l'entrée de la Place centrale extérieure de la Place Ville-Marie, boulevard René-Lévesque.

Ceux-ci ont été érigés pour commémorer la contribution financière d’Ogilvy Renault et Cogeco lors de la construction et l'aménagement de cette aire publique – je le suppose, car je ne vois pas dans quel autre contexte on permettrait l’érection de tels supports publicitaires permanents dans les lieux publics.

L'esthétique sobre et froide de ces monuments me rappelle la pierre tombale. On dirait que ces personnes morales que sont Ogilvy Renault et Cogeco sont mortes! Voilà qui est une bien drôle d’idée que d’inscrire son nom sur une pièce de marbre carrée à la base de laquelle est entretenu un petit lit de fleurs!  lire la suite »

Sous un saule

Par une journée de faux beau temps ou de faux mauvais temps, difficile à dire, le long de la piste cyclable qui longe la rivière des Prairies dans le prolongement Est du parc de la Visitation. Je m’arrête comme par jeu sous un saule, face à la rivière, un pied au sol et une fesse sur le tube horizontal — sur la barre, comme on disait quand j’étais enfant. Les branches tombantes limitent les stimuli visuels à leur léger balancement et m’enveloppent d’odeurs, qui sont en partie celles de la terre et des plantes riveraines; les branches absorbent aussi les vibrations sonores de la ville, mais n’adoucit pas pour la peine le grondement du courant qui saute le barrage de la Rivière-des-Prairies, de chaque côté de l’Île du Cheval de Terre.  lire la suite »

Ceux qui travaillent. Les astronautes de l'espace vert.

Parc Walter Stewart (travailleurs)
Parc Walter Stewart (travailleurs)
Parc Walter Stewart (travailleurs)
Parc Walter Stewart (travailleurs)
Parc Walter Stewart (travailleurs)

C’était d’abord le ronron des moteurs qui s’est mis à gonfler dans les oreilles. Puis est venue l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, l’odeur de l’huile mélangée à celle de l’essence, accompagnées ici et là d’un petit nuage bleu – ou deux.  lire la suite »

Expérience perecquienne

J’ai souvent fait l’expérience perecquienne de prendre des notes durant une heure ou deux, plusieurs jours de suite, dans des cafés, des gares, des parcs; des notes sur les personnages autour de moi, qui passent et repartent, et qui d’une certaine manière se ressemblent d’une fois à l’autre. Il faut dire que l’imaginaire de l’habitué des petits parcs de quartier, par exemple, est peuplé de personnages familiers, on dirait parfois la revenance de figures spectrales. Voici donc quelques personnages captés dans un petit parc de quartier affairé, trois fins d’après-midi de la fin juin. Je ne les ai ni écoutés, ni observés longuement, je les ai seulement reçus, c’est-à-dire vus et imaginés par le peu de leur surface; ce peu qui, chez certains, est doté d’une incroyable force d’évocation...  lire la suite »