La Traversée

Au retour du flâneur - Parcs et squares

crédit photo: Vincent Brault


Quelle belle journée...

Quelle belle journée...

Quelle belle journée, enfin!  La tranquillité du parc m’attire.  J’attache donc ma bicyclette et m’assoie sur le premier banc libre à l’ombre.  Seulement le centre du parc est ensoleillé et coloré par tant de fleurs hautes déjà.  La fontaine jaillit sans relâche.  L’eau bondissante retombe en prisme de couleur grâce au soleil resplendissant.  Les arbres tout autour frissonnent doucement de toutes leurs feuilles aux verts variés.
 lire la suite »

Parcs, catégorie fleuve... la suite

Parc de la Cité du Havre
Dormir aux abords du fleuve
Photographier le fleuve
Pêcheurs d'eau
Patrouille et jeunes ados

Parc de la Cité du Havre, parc Jean-Drapeau, complices des eaux du fleuve. En bordure de l'eau, les parcs rappellent aux Montréalais qu'ils sont (ou qu'ils ont été) des insulaires. Ambivalence de ces parcs: le tumulte du courant, le calme de la verdure. Au lieu des sirènes des autorités, les pique-niques familiaux sont entrecoupés de corne de brume.

Les bancs de parcs, pour une fois, tournent le dos... au parc. Cadrage vers ce chemin qui marche.

En retrait, des pêcheurs d'eau sortent des sentiers battus. Ils attendent la carpe qui saute devant eux en signe d'ironie. La marmotte mange à sa faim...  lire la suite »

Pourquoi un arbre coupé dans un parc nous émeut-il?

Pourquoi la vue d’un arbre coupé dans un parc nous émeut-elle?

Dans une note de terrain, j’ai parlé de ces arbres morts, ou agonisants, qui portent des marques orange sur le tronc, signifiant qu’un jour ou l’autre une équipe d’entretien du parc viendra faire une opération nettoyage, émondage, abattage.  lire la suite »

Va y avoir de l'orage

Dans un assez grand parc du quartier Ahuntsic, un milieu d’après-midi de temps variable des plus représentatifs d’un mois de juillet capricieux, je marche à côté de ma bicyclette, m’arrête ici et là, respire à fond, note des détails, parfois un mot, et à l’occasion, mais sans rien forcer, je prends des photos pour une série que j’appelle «Par la lorgnette».  lire la suite »

Par la lorgnette, suite 3

Par la lorgnette 28
Par la lorgnette 29
Par la lorgnette 30
Par la lorgnette 31
Par la lorgnette 32
Par la lorgnette 33
Par la lorgnette 34
Par la lorgnette 35
Par la lorgnette 36

«... un solitaire qui réfléchit s'occupe nécessairement beaucoup de lui-même», écrit J.-J. Rousseau, dès la «Première promenade» des Rêveries du promeneur solitaire.

Mais que dire alors de ceux qui sont engagés dans une solitude à deux? S'y occupent-ils nécessairement beaucoup des deux?

Y aurait-il des solitudes à deux où chacun serait doublement seul, en tout cas plus seul que seul, parce que justement à deux?

La Petite Liseuse mise en cage...

La Petite Liseuse mise en cage...
La Petite Liseuse mise en cage...

Depuis le début du mois de juillet, le parc du cimetière Saint-Matthew’s, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, fait l’objet de travaux de mise en valeur des lieux et de fouilles archéologiques. Impossible d’y faire une flânerie digne de ce nom. Cependant, il est encore possible d’accéder au reste du cimetière par l’entrée sud du parc, l’entrée nord, donnant sur la rue Saint-Jean, est barricadée. Toutefois, je préfère attendre la fin des travaux pour pleinement profiter de l’entièreté du parc.  lire la suite »

Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou

Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou
Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou
Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou
Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou
Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou
Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou
Parc Sylvain Lelièvre - Limoilou

Dans ce « petit matin sans horizon », les passants ne chantaient pas au parc Sylvain Lelièvre. Une dame seule prenait le temps de se reposer et un couple de « bums » de la Basse-ville observait cet intriguant photographe qui s’intéressait à ce parc. Un suppôt de Sylvain Lelièvre ou un touriste perdu ?

C’était avant la pluie, avant l’orage.  lire la suite »

"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare

"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare
"Rêver le nouveau monde" - Place de la Gare

Des chaises pour « Rêver le nouveau monde »...  lire la suite »

Par la lorgnette, suite 2

Par la lorgnette 10
Par la lorgnette 11
Par la lorgnette 12
Par la lorgnette 13
Par la lorgnette 14
Par la lorgnette 15
Par la lorgnette 16
Par la lorgnette 17
Par la lorgnette 18
Par la lorgnette 19
Par la lorgnette 20
Par la lorgnette 21
Par la lorgnette 22
Par la lorgnette 23
Par la lorgnette 24
Par la lorgnette 25
Par la lorgnette 26
Par la lorgnette 27

Le rhétoricien grec Hermogène de Tarse définit la description minutieuse (l’ekphrasis) comme «un discours détaillé, vivant et mettant sous les yeux ce qu’il montre». En ce sens, la description est réputée rendre compte des propriétés qui identifient ce qu’elle décrit.

Or, cette approche nous pose au moins deux problèmes.

D’abord parce qu’elle ne semble pas prendre en compte la subjectivité de celui qui décrit. Nous savons en effet que l’écrivain, le peintre, le photographe même qui se donne pour ambition de décrire l’espace qu’il fréquente n’est jamais neutre. C’est d’ailleurs justement sa subjectivité qui nous intéresse, c’est-à-dire sa manière particulière de voir et de décrire. Sa vision.  lire la suite »

Portraits, parc et rapides

Rapides
La marmotte

Qu’il est agréable de rouler sur le fleuve ! Pédaler aux côtés des rapides. Remonter le courant contre vent…

C’est ce que je fais lorsque je me rends au Récré-o-parc des écluses de Sainte-Catherine. J’enfile une brochette de parcs montréalais (Maisonneuve, Lafontaine, des Faubourgs et des Vétérans), grimpe le pont Jacques-Cartier, traverse successivement les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, puis aux écluses de Saint-Lambert, continue ma route cyclable par la voie maritime : 11 km plus loin, j’arrive enfin aux écluses de Sainte-Catherine où se trouve ledit parc.  lire la suite »