La Traversée

À Marie Le Franc - Des voix, de l'eau, des échos

Date de l'événement: 
Vendredi, 3 Octobre, 2014 (Toute la journée) - Dimanche, 5 Octobre, 2014 (Toute la journée)
Crédit photo: Rachel Bouvet
Intervention géopoétique du 3 au 5 octobre 2014 au lac Marie-Le Franc organisée par Rachel Bouvet, Martha Tremblay-Vilao, Laure Morali et Yannick Guéguen dans le cadre des activités de La Traversée – Atelier québécois de géopoétique, en collaboration avec le collectif d’artistes Audiotopie et avec l’appui du CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises).
                                                                
La Traversée organise une intervention géopoétique au lac Marie-Le Franc, situé dans la Réserve faunique Papineau-Labelle dans les Laurentides, du 3 au 5 octobre 2014, pour mener une expérience sonore des lieux et de l’œuvre de cette auteure d’origine bretonne. Écrivaine, poétesse, institutrice et « mangeuse d’espace », pour reprendre ses propres mots, Marie Le Franc (1879-1964) entretient une relation étroite avec la nature et les espaces sauvages. Naviguant entre la France et le Canada tout au long de sa vie, perpétuellement en exil, elle donne voix à des lieux comme la mer, la forêt, le lac et la rivière à travers ses nombreux écrits. Les participants seront invités à parcourir les espaces qui habitent son écriture, particulièrement dans le roman Hélier, fils des bois (1930, réédité en 2011 dans la collection « Jardin de givre »), et à participer à diverses activités : parcours sonores, lectures en chaloupe, randonnée, écriture et échos autour du feu.
 

« J’éprouverai cette dérive des sens, ce vertige de l’esprit, ce secret enivrement d’être emportée comme l’eau et la feuille dans les artères élastiques d’un monde végétal... Soudain la terre mollira sous les pieds, prête à s’entr’ouvrir pour une révélation. La forêt desserrera son étreinte. Vous vous laissez couler vers un abîme de lumière creusé entre les arbres… Je balbutierai : ‘Mon lac!’ »

-Marie Le Franc
 

« Hommage à l’écrivaine Marie Le Franc, passionnée des Laurentides »
 
Le dimanche 5 octobre 2014 à 14 heures aura lieu l’inauguration d’un panneau d’interprétation installé au bord du lac Marie-Le Franc, panneau qui complète la balade littéraire en Bretagne intitulée « Sur les pas de Marie Le Franc ». Ayant fait du Québec sa seconde patrie, cette écrivaine (1879-1964) a célébré la nature laurentienne, ses forêts et ses lacs dans ses poèmes et récits. Organisé par La TraverséeAtelier québécois de géopoétique en collaboration avec le collectif d’artistes Audiotopie, le CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises), l’Association des amis de Marie Le Franc, la municipalité de la Minerve, la MRC des Laurentides et la Réserve faunique Papineau-Labelle, cet événement public soulignera le cinquantième anniversaire de la mort de Marie Le Franc par la lecture d’extraits de son œuvre, de témoignages et la présentation d’une performance artistique sonore intitulée « L’écho du lac ».
 
Pour se rendre au lac : suivre le chemin des Pionniers jusqu’au panneau de signalisation vert de la Réserve Papineau-Labelle. Suivre les indications pour le secteur Marie-Le Franc pendant 5 km jusqu’au chalet du gardien, près de la plage.
 
Informations : Martha Tremblay-Vilao : tremblayvilao.martha@gmail.com
 
 
***
 
L’Écho du lac

Partenaires :
L’Écho du lac est coproduit par La Traversée – Atelier québécois de géopoétique, dans le cadre de lʼévénement « À Marie Le Franc : des voix, de l’eau, des échos », avec le soutien du CRILCQ-UQAM et la participation de la municipalité de la Minerve, de la MRC des Laurentides, de l’Association des Amis de Marie Le Franc et de la Réserve Papineau-Labelle.

« L’écho du lac » est un monument cartographique, narratif et sonore de l’œuvre littéraire Hélier, fils des bois de Marie Le Franc. Situé sur le lac Marie-Le Franc dans les Laurentides, au cœur de la réserve faunique de Papineau-Labelle, le projet vise à créer une expérience littéraire originale, où le cadre du récit est confronté au paysage réel, autrement dit où la réalité et la fiction se rencontrent et se vivent par l’auditeur au même moment. Ce récit resitué par rapport aux éléments contextuels de son histoire se base sur des extraits de textes de l’écrivaine, fragmentés et organisés selon la géographie du lac et de la forêt environnante. Vivre le récit dans cette nouvelle configuration spatiale et sonore, consiste par le fait même à arpenter le lieu et à s’engager dans une expérience d’écoute en prise avec le paysage physique et sensoriel.
 
Disponible gratuitement par lʼapplication iPhone « Audiotopie » sur l'App Store, cette cartographie interactive s’expérimente sur les lieux. L’application utilise le GPS compris dans l’appareil pour déclencher les pistes sonores en fonction de la position géographique de l’auditeur. S’il repasse par un même point, une évolution se crée dans l’écoute du scénario. La récurrence des passages modifie le choix des extraits sonores, mais aussi des données temporelles ou météorologiques peuvent sélectionner certaines pistes en particulier.
 
Lors de l’atelier « À Marie Le Franc : des voix, de l’eau, des échos », le projet sera présenté par quatre dispositifs « audioportables » dissimulant un système d’amplification capable de diffuser les bandes sonores en lien avec le paysage existant. Cet « orchestre » quadriphonique de haut-parleurs fait doublement appel à la mobilité. D’une part, les déplacements des diffuseurs de sons sont chorégraphiés dans le but de créer un climat sonore particulier par l’intermédiaire d’un dialogue où chaque haut-parleur dissimulé répond aux autres. D’autre part, les déplacements du public altèrent leur perception sonore selon leur emplacement par rapport aux diffuseurs de sons. Il s’agit en quelque sorte d’une « mobilité sonifiée » (Frauke Behrendt)  où la perception sonore du public est à la fois tributaire des mouvements des spectateurs et des porteurs de sons et toujours en lien avec l’environnement.
 
Crédits:
Écho du lac (octobre 2014)
Réalisation (Yannick Guéguen), conception sonore (Etienne Legast), narration (Chloë Rolland), co-production (La Traversée), comité organisateur (Rachel Bouvet, Laure Morali, Martha Tremblay Vilao).
 
Audiotopie
Fondé en 2008, Audiotopie est une coopérative d’artistes spécialisée dans la création d’environnements sonores qui concilient l’architecture de paysages, la musique électroacoustique et les nouveaux médias. Nos créations proposent une expérience sensorielle, par le biais d’une histoire originale, misant sur les qualités acoustiques, lumineuses, tactiles, végétales et sociales des lieux. Elles se situent à mi-chemin entre la réalité et la fiction afin de créer des ambiances poétiques et musicales qui invitent à la déambulation et à l’immersion au sein d’un paysage.

 
Audiotopie coop
777 rue de Bellechasse, bureau 304
Montréal, Québec H2S 1X7
Tél : 438-935-3377
www.audiotopie.com
 
La Traversée – Atelier québécois de géopoétique
Département d’études littéraires
Université du Québec à Montréal, local J-4640
C .P. 8888 succ. Centre-ville
Montréal, H3C 3P8
514-987-3000 poste 4283
http://latraversee.uqam.ca/
 
Fichier attachéTaille
A_Marie-Le-Franc_communiqué.pdf217.64 Ko