La Traversée

Gares

La «nouvelle» gare d'autocars de Montréal

À la tabagie, il n’y a plus de Bic en stock, je dois me résoudre à acheter un stylo touristique, avec un drapeau du Québec, un cœur qui aime Montréal et une lampe de poche miniature au bout. Lampe avec laquelle le commis s’est aveuglé quelques secondes, en voulant me convaincre de la valeur dudit stylo. Maintenant installée au Presse-Café de la gare, je zieute un couple venu s’asseoir à la table voisine de la mienne. Leur valise bloque d’ailleurs ma sortie. Ils grignotent chacun un biscuit à l’avoine, en trois bouchées, deux sacs en papier ciré qu’ils froissent en boule.

La gare du marché

La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché
La gare du marché

Un café de la gare, une grande place, un centre-ville
Des conversations, le train siffle joyeux à Magog
On le voit sur les rails dénudés de neige un jour de tempête
Devant le lac, la fumée s'échappe jusqu'à la tour du quai
Petit train touristique, wagons lourds de marchandise
Depuis 2000, un marché de briques, une promenade de béton
À proximité, une gare emmurée

Hélène Guy
Magog

Gare Lucien-L'Allier

Dimanche, 2 mars 2008

Assis devant une table rugueuse en plastique blanc, je bois un thé chaud pour que glissent les minutes. J’attends d’observer des voyageurs dont je noterai le plus infime comportement. Comme il n’y a vraiment personne en vue, après tout, on est dimanche, je me plonge dans les récits de Robert Walser. Il y en a justement un qui raconte sa joie d’aller dans les gares, d’aller flâner en observant les badauds dans un environnement agréable où le but cherché consiste à transformer la lourdeur de l’attente en discutant avec son voisin des dernières nouvelles, de choses sans importance, sur un ton léger. Le flâneur se régale de ces instants comme d’un verre de cognac.  lire la suite »

Au Deli de la Station Centrale (2)

Au Deli de la Station Centrale (2)

J’arrive vers 9h00, à la Station. Dimanche. En traversant Maisonneuve, j’ai eu le temps de voir partir un car de Greyhound, un autre de Voyageur. Brillants comme ils étaient, j’ai eu l’impression qu’ils se rendaient à la messe des autobus (si de telles messes existaient, bien sûr.) Deux kilomètres plus loin, ils allaient pourtant ressembler à mes bottes : pleins de gadoue et tachés par le calcium. Un taxi à l’entrée, sans plus. Une fois à l’intérieur, une agitation silencieuse.  lire la suite »

Quand le serpent devient motif architectural

Quand le serpent devient motif architectural
Quand le serpent devient motif architectural
Quand le serpent devient motif architectural
Quand le serpent devient motif architectural
Quand le serpent devient motif architectural
Quand le serpent devient motif architectural

La nouvelle bibliothèque, Hauptbücherei, située sur la Urban-Loritz Platz, est construite sur la gare de métro Burggstrasse-Stadthalle. Littéralement sur. Loin de nous, ici, les pertes d'espace des stations montréalaises déterminées à s'approprier un espace urbain pour qu'il ne soit que station de métro. Et lorsqu'on gravit les quelques marches (euphémisme du touriste qui n'avait pas prévu une telle ascension si tôt dans sa journée), on découvre non pas tant la ville à nos pieds, que le «décor» d'une station intermodale: sous les escaliers, les métros.  lire la suite »

Serpenter à travers la ville à dos de train

Serpenter à travers la ville à dos de train
Serpenter à travers la ville à dos de train
Serpenter à travers la ville à dos de train
Serpenter à travers la ville à dos de train
Serpenter à travers la ville à dos de train

Les gares comme lieux de transitions permettent également de penser le trajet comme une série de passages, et non comme une ligne indivise. 

 

Ici, choses aperçues "à dos" de tramway ou de métro, de près ou de loin, pendant que la ville dévoilait toutes ses contradictions et ses anachronismes. 

Errer sous-terre comme dans une promenade rustique (2)

Flohmarkt
Schottentor

Trains et tramway serpentent à travers la ville, sous terre ou hors terre. Mais si, par exemple, à Schottentor ou à Karlsplatz il faut remonter à la surface pour prendre certains tramways, souvent, l'attente du prochain tramway ou train se fait sous terre. Parfois, le monde extérieur est complètement occulté, disparu sous des tonnes de béton. Le vide sous-terrain est alors occupé par des boutiques mais aussi par des boulangeries, où il est possible d'attraper à la course un café ou un croissant.  lire la suite »

Errer sous-terre comme dans une promenade rustique

Errer sous-terre comme dans une promenade rustique
Errer sous-terre comme dans une promenade rustique

Autant l'extérieur d'une station comme celle de Schönbrunn rappelle par sa blancheur et la richesse de ses détails le château qui se trouve à quelques pas (enfin, en théorie, à quelques pas, mais une fois passées les portes, il faut encore marcher un bon moment avant d'atteindre le château à proprement parler), autant, une fois à l'intérieur, on ne peut faire autrement que de se rappeler que ce château était, à l'origine, une résidence de campagne. Bois, pierres, colonnades viennent rappeler que Schönbrunn, malgré sa proximité avec la ville, n'en faisait pas partie.  lire la suite »

Otto Wagner

Otto Wagner
Otto Wagner
Otto Wagner
Otto Wagner
Otto Wagner

On ne le dira probablement jamais assez. La ville de Vienne, telle qu'on la connaît aujourd'hui, doit une grande partie de son architecture à Otto Wagner (ou à ceux qui l'ont imité ou suivi).

Pour une Montréalaise habituée à de petits édicules neutres, pour ne pas dire dépourvus de personnalité et froids, cette richesse ornementale des édifices construits par Wagner surprend. La gare n'était pas vue, par lui, comme un simple lieu de passage destiné aux masses. Bien sûr, il construisait aussi ces stations pour l'empereur (qui n'a emprunté le tramway que lors de son ouverture, même s'il disposait d'une station particulière à Schönbrunn). Mais il n'en demeure pas moins qu'il a, en concevant les différentes gares de la ligne U-4, porté une attention aux détails architecturaux et à l'ornementation telle qu'on en oublie presque la fonction des bâtiments, et tout ce qui s'agite sous le sol. 

Syndiquer le contenu