La Traversée

Dépanneurs

Lecture dans un frigo à bière, prise un.

Aller/ne pas aller au «dèp'»

À toute heure du jour, de la nuit, au départ, à l'arrivée, vous le croisez. Il est à l'intersection de votre rue: difficile à éviter. En chair et en os, c'est une petite famille de vietnamiens qui le tiennent. Si vous vous fiez à l'affiche, il s'agit du Dépanneur Gervais. Un petit détour par le web vous le définira plutôt comme étant l'Alizée Rouge...  lire la suite »

Jardins secrets de l'ordinaire - 8

Obligé ailleurs par le décès d’un ami cher, je n’ai pas pu me présenter à la conférence de Jean-Claude sur l’île Maurice et les échéances sont telles que je ne solliciterai pas une entrevue de lui.  Ce sera, Jean-Claude, sous d’autres auspices, moins documentaires, que je te retrouverai.  C’est le numéro 372 ( février 2010 ) de la rue GEO qui me dépannera aujourd’hui -- au 73-75 de la rue La Condamine, dans le quartier des Batignolles à Paris, je ne résiste pas.  lire la suite »

Le pick-up

Les distorsions de nos petites habitudes -

Les distorsions de nos petites habitudes -
Les distorsions de nos petites habitudes -
Les distorsions de nos petites habitudes -
Les distorsions de nos petites habitudes -
Les distorsions de nos petites habitudes -

À travers les miroirs déformants et les tubes cathodiques de surveillance, nous déambulons comme des ombres grises. Tous les corps s'y ressemblent, tous les visages sont bas.

Nous sommes de petites marionettes, pantins de bois sculptés à la hate. Nous entrons, brouilés, nous passons comme une vague, d'un coin de rayon à un autre bout d'étale.

Tu te fends d'un Carambar au comptoir tandis que j'oublie d'acheter le beurre quand je passe devant les spaghettis. Le dépanneur est toujours petit, mais mon esprit s'y perd souvent.

Nous dansons d'un pas pressé et quotidien parmi les étiquettes, notre main cherche mollement la pâté pour chat, pour mieux laisser notre esprit flotter.  lire la suite »

Bodega Bodega

Bodega Bodega

Connaissant mon intérêt pour les dépanneurs, une amie m'a conseillé de lire cet article (ici) sur les Bodega new-yorkais. Le site internet en question - nommé "Eadible Geography" (géographie qui se mange) - relate l'initiative originale d'un New Yorkais autour des bodegas. En effet Jeff Sisson, c'est son nom, a entreprit de répertorier TOUS les bodegas de sa ville sur un même site internet, puisqu'en général ces lieux n'existent que physiquement. En cliquant ici, vous découvrirez cette liste de bodegas classée par ordre alphabétique et renvoyant à des cartes google et autres street views... Pour information, le bodega est un dépanneur à la New-Yorkaise, ayant une licence pour vendre de l'alcool.  lire la suite »

En veillant sul perron!

Monsieur le Maire

NASA, 1962

Syndiquer le contenu