La Traversée

En sentinelle dans les méandres de la Saint-Charles



Réalisé sous le pilotage de Julien Bourbeau, Hugo Bourcier, Nicolas Lanouette, Myriam Marcil-Bergeron et Christian Paré, ce carnet rassemble les contributions textuelles et visuelles des participantes et participants à l'atelier nomade En sentinelle dans les méandres de la Saint-Charles s'étant déroulé à pied et en canot du 5 au 7 juin 2015.

Extrait de la présentation de Nicolas Lanouette et Christian Paré :

Quand on regarde Québec depuis le secteur de l’Anse-à-Cartier du parc linéaire de la rivière Saint-Charles, on distingue nettement quelques silhouettes de la Haute-Ville. L’Édifice Marie-Guyart, le plus haut gratte-ciel encore appelé aujourd’hui le Complexe G, est assurément la silhouette qui s’impose le plus. Dans les années 1970, cette tour à bureaux était le symbole du progrès et de la force de l’État. Aujourd’hui, mal aimée des citoyens, cette chandelle ne représente plus la même chose. Nombreux la considèrent comme un échec architectural, une laideur qu’il faudra bien un jour réussir à cacher.  Paradoxalement, depuis 1998, au dernier étage de l’édifice, un observatoire permet aux visiteurs d’y admirer les plus beaux paysages de la capitale québécoise.

Placer en sentinelle, c'est guetter, être alerte, rester éveillé, attendre et aussi observer ce qui se passe autour. La sentinelle protège un territoire.