La Traversée

Du nouveau dans la bibliothèque nomade!





Nathalie Blanc, Les nouvelles esthétiques urbaines, Paris, Armand Colin, coll. Émergences, 2012, 219 p.

Sous l’impulsion d’associations militantes ou de politiques publiques, la ville se modifie. Le vert gagne du terrain. Plus profondément, plus durablement peut-être, l’environnement ordinaire des citadins contemporains est reconfiguré. Il se pare désormais d’une nouvelle esthétique urbaine, associée aux politiques de ville durable, d’urbanisme écologique… [Source : quatrième de couverture]




Brigitte Frelat-Kahn et Olivier Lazzarotti (dir.), Habiter. Vers un nouveau concept?, Paris, Armand Colin, coll. Recherches, 2012, 332 p.

Depuis une dizaine d'années, «l'habiter» est émergent dans les sciences humaines et sociales. À cette occasion, il fait l'objet de nombreux débats, chaque courant en développant son interprétation. Pourquoi une telle «agitation»? Tout d'abord, parce que «l'habiter» pose la question des mobilités qui, entre autres, remettent en cause les relations précédemment établies à l'espace, donc au temps et, finalement, aux autres. Un autre Monde émerge, dont «l'habiter» serait l'un des témoins et l'un des outils, renouvelé, de sa pensée. Dans cette perspective, «l'habiter» renvoie-t-il à un fait anthropologique fondamental, intégrant mobilités et immobilités? Ou bien implique-t-il, pour faire sens, du temps et de l'immobilité? Habite-t-on le Monde ou la Terre? Autrement dit, «l'habiter» est-il conditionné par des phénomènes physiques ou humains? [Source : quatrième de couverture]



Jessica Hamel-Akré (dir.), Postures, dossier «Nord/Sud», no 17, printemps 2013, 143 p.

Le nord et le sud sont plus que des espaces ou des territoires : ils forment des discours. Définis par la négative, le sud délimitant le nord et vice versa, ils procèdent d’une relativité par laquelle le sujet se retrouve toujours au centre. De la neige au Père Noël, du sable aux mystères exotiques des pyramides, ils sont associés à une multitude de thèmes qui balancent entre pureté et chaos, entre l’immensité des déserts de glace et de roc et le foisonnement de la nature sauvage. Le nord et le sud, c’est aussi le choc avec l’Autre, dans l’émerveillement comme dans la crainte. [Source : http://revuepostures.com/?paged=2]




Jessica Hamel-Akré (dir.), Postures, dossier «Déviances», Actes du colloque Jeunes chercheurs 2013, no 18, automne 2013, 126 p.

Avec «Échapper à la "machine sociale". Le vagabondage chez Isabelle Eberhardt», un article de Myriam Marcil-Bergeron.

Membre(s) lié(es):