La Traversée

En sentinelle dans les méandres de la Saint-Charles : atelier nomade du 5 au 7 juin 2015

Date: 
Vendredi, 5 Juin, 2015 - Dimanche, 7 Juin, 2015
Quand on regarde Québec depuis le secteur de l’Anse-à-Cartier du parc linéaire de la rivière Saint-Charles, on distingue nettement quelques silhouettes de la Haute-Ville. L’Édifice Marie-Guyart, le plus haut gratte-ciel encore appelé aujourd’hui le Complexe G, est assurément la silhouette qui s’impose le plus. Dans les années 1970, cette tour à bureaux était le symbole du progrès et de la force de l’État. Aujourd’hui, mal aimée des citoyens, cette chandelle ne représente plus la même chose. Nombreux la considèrent comme un échec architectural, une laideur qu’il faudra bien un jour réussir à cacher.  Paradoxalement, depuis 1998, au dernier étage de l’édifice, un observatoire permet aux visiteurs d’y admirer les plus beaux paysages de la capitale québécoise.

Placer en sentinelle, c'est guetter, être alerte, rester éveillé, attendre et aussi observer ce qui se passe autour. La sentinelle protège un territoire. Étymologiquement, le mot serait dérivé de l’italien sentire qui signifie sentir, entendre et écouter. Dans la nature, on retrouve aussi cette logique de sentinelle, les animaux sont aux aguets, en attente et surveillent autour d’eux les moindres mouvements. Certains se mettent, comme la marmotte, sur deux pattes pour observer. Ils surveillent leur environnement en silence et s’il y a danger, ils crient. Cette posture de la sentinelle est caractéristique de l’oiseau fétiche de la rivière Saint-Charles, le grand héron. D’autres sentinelles longent la rivière, certaines demeurent fixes, d’autres sont mobiles, certaines temporaires, d’autres immuables, toutes, cependant, marquent le paysage à leurs manières et nous informent sur le milieu dans lequel ils vivent. Les scientifiques utilisent de plus en plus d’ailleurs cette notion d'animal sentinelle ou d'espèce bio-indicatrice, qui informe des caractéristiques écologiques de l’environnement.

Par temps nuageux et brumeux, lorsque l’on marche le long de la rivière dans le secteur du parc Cartier-Brébeuf et que l’on ne devine plus rien d’autre dans le paysage que la chandelle là-haut dans le ciel de Québec, le G semble appeler la rivière pour lui indiquer le chemin, la route qui mène au fleuve et au monde urbanisé.

Pour nous deux qui sommes nés à Québec et qui y avons grandi, le Complexe G est plus qu’un simple point de repère, il est une sentinelle qui, comme le faisaient les soldats de la Citadelle autrefois, nous guette, nous observe et qui, par moments, nous parle et nous raconte des histoires. Quand on vit sous l’œil de cette sentinelle et que l’on se donne la peine de l’écouter nous regarder, on finit par comprendre que derrière le bateau trois-mâts du logo de la ville se cache un canot. Quand on vit sous l’œil de cette sentinelle, on finit par savoir que Québec ne veut pas simplement dire « là où le fleuve se rétrécit », mais aussi « képak » qui veut dire débarquer.

Sous la gouverne du Complexe G, nous vous proposons donc de débarquer et de prendre ce canot, de suivre les méandres de cet affluent afin de se laisser surprendre et de se perdre dans l’arrière-pays de cette ville. Nous chercherons à voir cette difficile, mais plus que jamais nécessaire, cohabitation de la rivière et de la ville. Nous nous placerons en sentinelle dans les méandres de la rivière Saint-Charles pour essayer de comprendre la complexité de l’écriture de la nature.
 
Nicolas Lanouette & Christian Paré ( + le capitaine Jean Désy à la poupe)

Pour plus d'information : la_traversee@uqam.ca
 

* * *
Programme officiel
 
Vendredi 5 juin

                  17h                Rendez-vous à l’Observatoire de La Capitale
                                        (Édifice Marie-Guyart autrefois le Complexe G)
                                        Souvenirs de la Saint-Charles, lectures de Nicolas et de Christian
                                        Souper sur place
                  20h                Bière audacieuse
                  21h                Arrivée à l’hôtel                  
                  22h                Rendez-vous à la chambre occupée par Christian
                                        (topo logistique sur la journée de demain suivi du traditionnel ti-punch)

Samedi 6 juin

                  6h30-7h15     Déjeuner     
            
Équipe du secteur urbain (guide de rivière : Nicolas)
                  7h30              Départ des chauffeurs pour aller stationner les voitures à l’arrivée des canots
                  8h15              Départ à pied de l’hôtel pour toute l’équipe
                  9h30              Mise à l’eau des canots                
Équipe du secteur des méandres (guide de rivière : Jean)
                  8h                  Départ en voiture pour toute l’équipe
                  9h30              Mise à l’eau des canots
 
                  14h-15h         Retour à l’hôtel
                  16h                Petite et grande géographie de la rivière Saint-Charles, présentation de Nicolas
                                        (salle de conférence de l’hôtel)
                  19h                Souper au restaurant de l’hôtel
                  21h                Marche de nuit le long de la rivière (guide : Christian)
                                        Lectures à la lampe frontale.  Poème inédit de Jean sur la rivière Saint-Charles
                                        (en face de la Maison O’Neil)

Dimanche 7 juin
               
                  7h-8h              Déjeuner
                  9h                   Départ de l’hôtel de tous les participants vers le parc Chauveau
                                         (les chambres doivent être libérées pour 8h45)
                  9h30               Marche animée le long de la rivière dans le secteur du parc Chauveau
                                         Arrêts poétiques : 4 scènes – 4 lectures (Gabrielle, Xavier, Julien et Gabrielle)
                  11h30             Halte au parc de l’Orme
                                         Salutation à la sentinelle, petite causerie animée par Nicolas et Christian
                  13h                 Dîner en plein air à la chute de Wendake avec chants wendat de Andrée Lévesque-Sioui 
                  13h30             Les chauffeurs retournent récupérer les voitures.                 
                  14h                 Fin de l’atelier